Podcasts,  Virginie Portos

Le poids d’être une femme – Ep10

Dans la tête de Virginie Portos, Saison 001.
Episode 10, Le poids d’être une femme.

Un jour, un psy m’a demandé si j’étais contente d’être née “femme”. J’ai répondu que non, pas dans cette société, non.
Surtout quand j’avais entre 20 et 30 ans.
Être une femme n’a pas été facile tout le temps.
Notamment quand j’étais petite et que je portais des collants qui dégoulinaient sans arrêt.
Quand j’ai compris qu’une fille ça se faisait draguer et pas trop le contraire. (Quand j’étais jeune, ça effrayait les garçons.)
Quand j’ai grandi, s’habiller trop court ou trop décolleté, ça le faisait pas non plus.
“Trop re-lou d’être une femme dans notre société”.

Virginie se rend compte de la position qu’elle a accepté tout ce temps. Elle aurait bien voulu depuis longtemps en prendre une autre, mais socialement parlant, quand on est une femme, on ressent très vite les limites de notre territoire.

Quelque part, les hommes sont dans le même cas, dans certains pays.

Car, depuis que je vis en Polynésie, j’ai découvert comment on pouvait être beaucoup plus laaaaaarge d’esprit.
Il existe ici 3 types d’hommes :

  • Les hétérosexuels classiques, qui aiment les femmes, se marient, ont des enfants et qui sont représentants du pouvoir et de la virilité.
  • Les Raeraes. Hommes qui au court de leur vie vont devenir de plus en plus femme. Ils sont transsexuels, depuis leur jeune âge. Ils emploient tous les codes de la très belle femme. D’ailleurs, ils sont spécialement très beaux. Je crois avoir compris qu’ils aiment les hommes, mais ça ne fait pas d’eux des homosexuels. Car ils aiment des hommes qui aiment les femmes.
  • Les Mahus. Ils sont hommes, hétérosexuels, aiment les femmes, sont mariés, ont des enfants, mais emplois des codes féminins pour leur geste quotidien. (port du sur l’épaule, mèche derrière l’oreille, la fleur à l’oreille, les couleurs d’habits plus fleuris et colorés).

Ces 3 types d’hommes cohabitent sans problème. Il n’y a pas d’histoire de coming-out ou je ne sais quoi. L’enfant est observé et complètement accepté depuis qu’il est petit.
L’enfant est libre de choisir comment il se comporte.

C’est fantastique non ?

J’ai appris que la compagnie Air Tahiti Nui avait accepté le costume d’hôtesse pour un Stewart Raerae, qui en avait fait la demande.
T’as vu la LAAAArgeur d’esprit ?

Voilà comment, quand on reste dans notre petit coin sans s’ouvrir à d’autres pensées, on peut croire que le monde tourne comme on nous l’a toujours dit…

Pour écouter le podcast Dans la tête de Virginie Portos

Tu peux utiliser la barre d’écoute, en haut de cet article.

Ou visiter ta plateforme d’écoute préférée.

Mais dans tous les cas, viens me dire ici, ce que tu as pensé de cet épisode.

Pour allez plus loin, tu peux lire cet article sur les raeraes et mahus en Polynésie.


Partage sur ton réseau !
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
Couverture dans la tête de virginie portos

Reçois gratuitement le livre "Dans la tête de Virginie Portos"